Mon panier

Fermer

Les autres malades

Publié le

Sarah, survivante de deux cancers et maman de trois enfants

Je sais pas pour vous mais je l’ai trouvé dur en %#&?* cette partie-là.

Au fur et à mesure que tu t’appropries ta nouvelle routine, tu commences à côtoyer de nouvelles personnes également. La majorité pareille comme toi, c’est-à-dire, MALADE.

Et tu en rencontres BEAUCOUP à l’hôpital : salle de traitement, en attendant pour les toilettes malade comme ça se peut pas, en pleine réaction allergique, en direction du trauma, en recevant ta chimio, en pleurant dans la salle d’attente, en attendant d’avoir ton troisième rendez-vous au troisième guichet, Ha non, finalement c’était le deuxième guichet %#&?*… les gens malades sont très impatients(effets secondaires) mais aussi parce que même malade, on reste les mêmes… alors il y a des impatients qui se pensent tout permis car EUX ONT LE CANCER…. Tsé!
Je te dis un jour je me suis vidée le cœur et j’ai parlé pour les filles qui travaillaient derrière le troisième et deuxième guichet et je lui ai dit à cet IM-patient-là:

- HEY!! Ce n’est pas parce que tu as le cancer que tu as le droit de parler à quelqu’un comme ça et être si impolie… BY THE WAY, on a tous le cancer derrière toi.

Je te dis, ça m’a tellement sucé du jus entendre les effets secondaires de tout le monde, entendre le fardeau des gens, la tristesse et la lourdeur de l’oncologie… j’ai décidé de me mettre des écouteurs et écouter de la belle musique à chaque fois que j’étais dans les salles d’attentes (afin de me fermer à ces énergies négatives)… Et, étant moi-même MALADE et TRÈS IMPATIENTE, j’ai trouvé ça TRÈS sage comme solution ;-)

BREF.

Par contre, je peux vous dire que j’ai vraiment fait de superbes rencontres!

Quel soulagement de voir et de parler à des gens « pareil comme toi », il n’y a rien de mieux pour te comprendre et échanger sur ce que tu vis. Quel bonheur de parler à ses inconnues qui deviennent des amies, des sœurs de combat, une famille d’entraide!

Parler des effets secondaires, de la peur de mourir, des opérations, de tous les trucs et conseils qu’on ne nous dit pas nécessairement à l’hôpital… pour moi ce fut vital, nécessaire et si gratifiant.

Plus d’une fois je me suis sentie vraiment privilégiée d’avoir de si bonnes complices autour de moi!  Faut juste être très consciente que certaine te quitte plus rapidement que d’autres malheureusement, et ça, c’est une autre réalité difficile également.

C’est primordial de bien s’entourer. PRENDS TOUT CE QUE TU PEUX.
TOUT CE QUI EST BON POUR TOI.
Entoure-toi de gens qui te respecte, qui ne se compare pas car, ce n’est pas parce qu’on est malade qu’on a tous les droits…
Sarah, survivante de deux cancers et maman de trois enfants

1 Commentaires

  • Véro: August 20, 2018

    Moi aussi je fais ça mettre mes écouteurs et je m’apporte toujours un livre!

    MERCI à vous toutes qui être la également xox

Laisser un commentaire

Bonjour à vous!

Inscrivez-vous à l'infolettre