Mon panier

Fermer

De soignante à patiente

Publié le

Christelle, 32 ans, infirmière d’urgence en traumatologie depuis 10 ans.

Des gens malades et des histoires tristes j’en ai vu. J’ai été témoin de drames qui changent des vies à jamais.

Côtoyer la maladie au quotidien n’a jamais été pour moi un fardeau. C’est mon métier et j’en suis passionnée!

Mais quand en moins de temps qu’il n’en faut pour l’assimiler on se retrouve de l’autre côté, que tout à coup votre santé vous lâche et que c’est à vous qu’un tel drame arrive, que vous n’êtes dorénavant plus dans le siège de la soignante mais bel et bien dans celui de la patiente, un grand sentiment d’injustice vous envahit. Viens ensuite la peur, la colère, le déni... Oui, les étapes du deuil je les connais bien. Je les ai apprises afin de mieux accompagner mes patients et leur famille. Mais aucun cours universitaire ne m’avait préparé à les vivre personnellement et aussi intensément.

Soudainement, ma curiosité professionnelle, celle qui me pousse à toujours vouloir aller au fond des choses et à parfaire mes connaissances, elle s’éteint. Paralysée par la peur, je ne cherche plus à comprendre le pourquoi du comment de ce qui m’arrive car je redoute les réponses. Tout à coup, mes connaissances médicales deviennent à la fois mes alliées et ma principale source d’anxiété. Déformation professionnelle sans doute... mais je ne peux faire autrement que d’imaginer le pire.

Puis, tranquillement, au fil des traitements, j’apprivoise mon nouveau rôle. J’apprends à faire confiance à mon équipe soignante. Je choisis de faire confiance à la vie. Je remets les choses en perspective et je célèbre la chance que j’ai d’être si bien entourée dans cette épreuve. D’avoir la jeunesse et la forme physique pour faire face à la maladie sans en ressortir trop amochée.

Puis, à travers toute cette tourmente, je trouve du beau. Dorénavant, les petits bonheurs de la vie deviennent grands et il ne m’en faut guère davantage pour être heureuse. Jamais la vie ne m’a semblé aussi belle, aussi précieuse.

J’espère bientôt être de retour au travail.

Durant la dernière année, je n’ai pas poursuivi mes études à un niveau supérieur mais l’école de la vie m’a appris des choses qu’aucun diplôme ne pourra jamais m’enseigner. Je suis transformée à jamais, grandît, épanouie et je sais toute la force qui réside en moi.

Je sais maintenant qu’en chaque patient se trouve la résilience nécessaire pour faire face à la musique. Je tâcherai de leur en faire prendre conscience, le plus humainement possible.

Mon empathie, bien qu’elle fût toujours réelle, sera maintenant bien sentie. Mon cheminement comme patiente fera de moi, je l’espère, une meilleure soignante.

J’ai imaginé le pire. Maintenant, je vois le meilleur. 


Christelle, 32 ans, infirmière d’urgence en traumatologie depuis 10 ans

7 Commentaires

  • Lise Bouthillette: October 25, 2017

    Chère Christelle,
    Ton texte est vraiment vrai . Et tout ce que tu vit
    On le vit ensemble, Tu es une personne inspirante qui nous donne la force de
    Continuer avec toi . Ce n’est pas facile quand
    On est une maman et que la peur nous hante de perdre ma fille . C’est la première chose que l’on pense. Mais au delà de ça il faut resté positif et vivre les moments présents , pourquoi que l’on pense tout suite à ça et que l’on se fait ce scénario,il paraît que c’est normal , notre cerveau travail tout le temps . Et c’est difficile, l’attente des résultats, l’attente du traitement enfin ce n’est pas nous qui le vivons mais c’est tout comme .Merci Christelle pour ce beau témoignage et de vérité. Je serai toujours là pour toi love you ❤️❤️
    Maman

  • kim: October 24, 2017

    Un texte digne d’une femme qui a choisi de ne pas devenir victime de la maladie mais d’en tirer des leçons. Selon moi, celle de vivre dans le moment présent permet de trouver un bonheur pure et gratifiant, celui que l’argent ne réussira jamais à combler. Une femme inspirante! Bravo pour ce partage! Tes collègues ont aussi hâte de te voir au travail :)

  • Suzie: October 24, 2017

    Bonjour Christelle,

    Je suis une soignante aussi depuis 30ans, en santé physique oui mais niveau psychologique difficile à accepter la façon maintenant que l on doit soigner les gens.

    La maladie nous transforme, comme tu dis si bien, nous n avons pas le diplôme universitaire mais là leçon de la vie qui selon moi est encore là meilleur école malgré la douleur.
    Moi aussi, je soigne les gens de la même façon qu avant mais avec une réalité plus sentie, avec des gestes plus ressentit car je suis avoir le savoir de la maladie.je pense que l emphatie notre vécu amène une expérience encore meilleur pour aider nos patients.
    Bravo d avoir persévéré dans tes traitements et bonne continuité dans cette vie qui est la vrai vie.

  • Maria Rif: October 24, 2017

    Bravo. Tellement bien écrit.

  • Guylaine: October 24, 2017

    Bravo Christelle, t’ as de quoi être fière ma belle! Tu nous montre un grand courage à chaque fois que je te rencontre. Vous êtes fait forts ton chum tes deux filles et toi. Chapeau , on apprend en vous regardant vous tenir droit, et c’est important! ?

  • Nicole Beauchamp: October 24, 2017

    Hristelle
    Tu es grandiose dans ton épreuve
    Lorsqu’on te connais on ne peut que t’aimer sans précédent
    Mes pensées sont toujours positives pour te donner la force et le courage que tu as besoin pour passer ces moments un jour à la fois
    L’amour que j’ai pour toi est infini et sincère

    Je t’embrasse

    Ta belle mère Nicole

  • sylvie michaud: October 24, 2017

    salut
    tu as bien raison ,la maladie nous offre les portes de nouvelles connaissances et celles ci se situent au niveau du coeur.Si positif il y a c’est bien cela ,cela nous ouvrent sur les autres …surtout sur les personnes vraies .
    Profites de la vie et de tous ses petits trsésors ma belle .
    sylvie

Laisser un commentaire

Bonjour à vous!

Inscrivez-vous à l'infolettre